chiens japonais shiba inu

Les 6 races de chiens japonais authentiques

de lecture

Les races de chiens japonais font partie des plus populaires de ces dernières années, notamment grâce à leur apparence généralement mignonne et duveteuse. Les chiens japonais sont connus pour leur fidélité et leur caractère, qui en font des chiens jamais ennuyeux !

Ps : Découvrez en fin d’article 7 autres races japonaises !

Les noms de races des chiens japonais incluent souvent « inu » ou « ken » à la fin, simplement parce que ces deux mots signifient « chien » dans la langue japonaise. Vous pouvez donc savoir d’office que tous les chiens appelés comme cela proviennent du pays du soleil-levant.

Mais alors, connaissez-vous les vraies pures races japonaises ?

Elles se distinguent des autres races qui sont issues de mélanges divers ou dont l’origine japonaise est contestée.

Quand on parle de chien japonais, on peut penser à plusieurs races, telles que les Akita ou les Shiba, qui sont les plus connues à l’étranger et en Occident. Ces deux races font bien partie du lot des chiens authentiques japonais, ainsi que le Shikoku Inu, Kishu Inu, Kai Ken et Hokkaido Inu. Seules ces 6 races sont considérées comme véritablement japonaises, soit « Nihon-ken », c'est à dire reconnues par l’association de préservation des chiens japonais. Ces chiens sont adulés dans leur pays natal. Ces chiens japonais sont entrés au Patrimoine Naturel National Japonais en tant que « monument nationaux » et sont aussi protégés que des espèces sauvages en voie de disparition.

Chacune des races est reconnue pour son origine d’une région du Japon, et ont déjà accompagné l’Homme pendant plus de 3000 ans, notamment pour la chasse. En fonction de ces régions, les chiens se sont adaptés au mode de vie de l'Homme et ses besoins, pour ensuite rester des races pures non croisées pendant plusieurs siècles. Ils ont cependant tous en commun l’apparence générale : une tête et des oreilles triangulaires, une corpulence athlétique de spitz, une queue touffue plus ou moins recourbée. L’origine de ces races de chiens authentiques est donc on ne peut plus explicite :

Akita Inu

akita inu

Akita Inu : « chien originaire d’Akita », une province montagneuse au nord du Japon. C’est l’une des races nipponne les plus anciennes, domestiquée il y a plus de 3000 ans. Utilisée comme chien de garde et pour la chasse pendant des siècles, et notamment pour la chasse à l’ours. Chien représentant aujourd’hui le bonheur et la prospérité, il fut par le passé le chien de garde des samurais car il est le plus grand, le plus fier, le plus noble des chiens japonais. Loyal, protecteur, et assez fort de caractère mais représentant la force tranquille, l’Akita doit être socialisé très tôt. D’autant qu’il est très intelligent, dominant avec les autres chiens surtout ses congénères du même sexe et méfiant avec les étrangers. Cette race fut rendue encore plus populaire avec l’histoire d’Hachiko, dit le « chien le plus fidèle au monde », qui a attendu le retour de son maître jusqu’à sa mort.

Shikoku Inu

shikoku ken

Shikoku Inu (ou Shikoku Ken) : « chien de Shikoku », originaire de l’île de Shikoku. Ancien chien de chasse de taille moyenne, plus petit qu'un Akita Inu mais plus grand qu'un Shiba Inu. Physiquement bien développé, très endurant et énergique, c'est le compagnon idéal des personnes actives en plein air. Ils sont très énergiques et actifs à l'extérieur mais ils sont calmes et tranquilles à l'intérieur. Ce chien japonais infatigable et sociable n’est vraiment pas fait pour vivre en appartement.

Hokkaido Inu

hokkaido inu 

Hokkaido Inu : littéralement « chien d’Hokkaido », une île au nord du Japon. Certaines théories le pensent descendant du Jomon Shiba, domestiqué dans les archipels nordiques dès la période Jomon (10 000 à 300 av. J.-C. !) Incroyable, n’est-ce pas ? Cela en fait un descendant direct du chien japonais originel, un pedigree hors du commun. Originellement utilisé comme chien de chasse et de garde, de type spitz, il présente une ossature assez large, un pelage fourni et des petits yeux. Son physique athlétique le rapproche du Shikoku Inu, mais sa queue très (très) touffue le distingue des autre espèces.

Kishu Inu

Kishu inu

Kishu Inu : « chien de Kishu », originaire de la Préfecture de Wakayama, au Sud du Japon. Le Kishu a un caractère plus calme, indépendant, intelligent, mais avant tout très vif. Son pelage est généralement blanc, mais aussi beige voire noir. De taille moyenne, endurant, résistant et très dynamique, il est la race la plus utilisée au Japon pour la chasse, notamment pour chasser du gros gibier comme les cerfs et sangliers. Il garde un fort instinct de chasse mais convient autant comme chien de garde que chien de compagnie. Très populaires par le passé, ils le sont moins aujourd’hui au Japon, où la race est même devenue rare !

Kai Ken

Kai ken

Le Kai Ken : soit « chien de Kai », est lui aussi originaire d’une région montagneuse japonaise, anciennement appelée la province de Kai, aujourd’hui nommée la Préfecture de Yamanashi, très proche de Tokyo. Grand chien de chasse facilement reconnaissable grâce à son pelage souvent rayé noir et fauve (presque comme un tigre), le Kai Ken est considéré comme rare, surtout hors du Japon. Loyal, sociable, il est plus docile et moins indépendant que les autres.

Shiba Inu

Shiba inu

Et enfin, le Shiba Inu, le chien japonais le plus reconnu ! Contrairement aux autres chien japonais natifs, le nom du Shiba Inu ne fait pas référence à une région, mais décrit plutôt la race : « chien de broussailles ». Cela explique son rôle de chasseur et l’utilité de son petit gabarit pour poursuivre les proies à travers la forêt. Le Shiba Inu est indépendant, têtu, physiquement proche de l’Akita Inu, mais en plus petit, raison pour laquelle on le considère comme « son petit frère ». Sa tête ressemble à un renard, et un dicton japonais célèbre dit que le shiba est ¼ chat, ¼ chien, ¼ humain, ¼ singe, parce qu’il est à la fois sensible, dominant, intelligent, joueur, et que c’est un chien souriant !

Et en bonus, 5 autres races de chiens que vous auriez pu penser authentiques et japonaises ! Qui s’était trompé ? ;)

Avez-vous déjà entendu parler de l’Épagneul Japonais, du Spitz Japonais, du Terrier Japonais, du Tosa Inu ou encore du Karafuto Ken ? Ces noms de chiens sonnent japonais et pourtant, malgré ce que vous pourriez penser, ces chiens ne sont pas des races authentiques japonaises. On vous explique pourquoi !

épagneul japonais

L’Épagneul Japonais (Japanese Chin) est en réalité considéré comme une race descendant de chiens chinois à cause de leur ressemblance notable avec les Pékinois et autres petits chiens d’origine chinoise ou asiatique. Ils auraient été offerts à la famille impériale japonaise pour améliorer les relations diplomatiques.

spitz japonais

Le Spitz Japonais, quant à lui, est un des derniers descendants du spitz allemand, importé au Japon en 1920.

tosa inu

Le Tosa Inu est lui aussi créé il y a plus 150 ans de croisements entre le Shikoku ken, Bulldogue, Dogue, Grand danois et Braque allemand. Il est donc loin d’être un chien authentiquement japonais.

terrier japonais

Le Terrier Japonais descend des terriers européens tels que le fox-terrier et le pointer anglais, croisés à des chiens autochtones au XVIIème siècle. Il ne servit jamais comme chien de chasse mais plutôt comme chien de compagnie, et est encore aujourd’hui plutôt rare.

husky sakhalin

Le Karafuto Ken, ou Husky de Sakhaline, est une race de chien de traîneau aujourd’hui au bord de l’extinction ou même déjà éteinte, qui, bien que très populaire au Japon et en Russie jusqu’à la mi-vingtième, connut un déclin massif dû aux famines post-guerres et à leur coût d’entretien. Les derniers survivants de cette rares, au nombre de 7, habitaient l’île de Karafuto.

 

Il doit maintenant être facile pour vous de reconnaître les chiens authentiques japonais, qui ont en commun leur caractère indépendant et impulsif ainsi que leur physique de spitz musclé à fourrure épaisse et oreilles triangulaires.


Laissez un commentaire

Recevez nos derniers articles en exclusivité par mail