illustration avec un shiba inu

Adopter un shiba inu : Valentyna et sa première rencontre avec un shiba inu

de lecture

Vous vous renseignez sur un shiba inu à adopter ? Vous souhaitez en savoir plus sur ce chien japonais avant de prendre votre décision ?

Nous avons réalisé une série de mini portrait de passionnés de shiba inu pour vous aider à savoir si ce chien est fait pour vous, répondre à vos interrogations ou encore vous aiguiller dans votre nouveau choix de vie. Découvrez le témoignage de Valentyna et sa première rencontre avec un shiba inu pour vous éclairer dans votre décision d'adoption d'un shiba inu.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Valentyna et je suis une Graphic & Web Designer Freelance en région parisienne. J’ai créé ma boutique Etsy en 2018. Elle est bien à l’image de mes passions : les animaux, la cuisine, le design graphique, l’illustration et la culture japonaise. J’ai commencé par créer des pins (oui, oui, comme dans les années 80-90) et ensuite j’ai créé des stickers pour les « bullet journals ».

Je n’ai jamais été attirée plus que ça par le Japon. Mais en 2017 une amie à moi est partie y vivre pendant un an. C’était donc l’occasion de lui rendre visite et de découvrir ce pays lointain. C’était un réel choc pour moi. Le Japon est une autre planète. La culture, les paysages, la nourriture, les gens… C’était le meilleur voyage de ma vie ! Je pourrais passer des heures à parler du savoir-vivre des Japonais. Mais honnêtement, il faut y aller pour le comprendre. Quand je suis revenue en France j’ai commencé à étudier leur culture plus en détails, à découvrir les artistes qui y vivent, à cuisiner des plats japonais… J’ai même un shiba inu maintenant, haha !

Comment as-tu eu connaissance de la race shiba inu ? Quel a été ton déclic pour en adopter un ?

Le « déclic » c’est bien le mot ! J’ai toujours possédé que des chats chez moi. J’aime tous les animaux, mais l’idée d’avoir un chien en appartement me paraissait absurde.

Un soir, je suis allée dîner avec des copines dans un bistrot parisien. C’était un petit bistrot du quartier, avec pas mal d’habitués. On était placées près de la porte d’entrée, donc on voyait tous ceux qui y rentraient. Et là, un charmant couple est entré, avec leurs deux nouveaux nés dans les bras et un petit chien roux (à l’époque je ne connaissais même pas le nom de la race).

J’étais comme hypnotisée face à ce petit chien, qui se baladait tranquillement dans toute la salle, sans être excité comme les chiens peuvent l’être, sans déranger les gens. Et quand il s’est approché de notre table, je l’ai appelé et il est venu vers moi. Il m’a regardé droit dans les yeux en mode « Oui ? C’est pourquoi ? » et puis il est parti. Là, c’était le déclic. J’étais intriguée par ce petit chien qui se comportait avec autant de dignité ! Il paraissait aussi très calme et intelligent. Comme un chat ! Et puis, j’adore les animaux roux… C’était perdu d’avance pour moi en fait, haha !

Où as-tu adopté ton shiba inu ? Quel a été ton expérience ? 

En rentrant de mon voyage au Japon avec mon conjoint, nous sommes devenus propriétaires de notre toute première maison. C’est là où on a commencé à réfléchir à adopter un chien. Mais c’est le voyage au Japon et la vue de tous les shibas dans les rues japonaises qui m’a carrément hantée pendant des mois.

Quand j’ai commencé à me renseigner sur la race, c’était de plus en plus compliqué à convaincre mon chéri d’adopter un shiba. « C’est quoi ce chien qui ne revient pas, qui n’écoute pas et qui se comporte comme un chat ? ». Je l’ai quand même persuadé de visiter avec moi 2 élevages de shiba inu où on a pu parler avec des éleveurs et des connaisseurs de la race, qui nous rassuraient sur pas mal de points. Et puis on a vu ces boules de poiles et on a craqué tous les deux !

On s’est inscrits sur la liste d’attente mais elle était vraiment très-très longue. J’étais trop impatiente et j’ai commencé à chercher un peu partout sur Internet. Et, ô miracle, un particulier a posté une annonce de la vente des 4 chiots shibas inu LOF, à Paris même. J’ai été la première à l’appeler et puis après plusieurs semaines de dialogue avec la propriétaire, qui était très soucieuse de bien choisir les maîtres pour ses chiots, elle nous a choisi pour l’aîné de la portée que nous avons baptisé Oggy (c’était l’année des « O »).

Nous avons gardé un super contact entre les maîtres et avons même un groupe WhatsApp pour partager les aventures des petits. On essaie aussi de les réunir au moins 2 fois par an.

Peux-tu nous présenter ton shiba inu ?

Oggy est la gentillesse incarnée. Sérieusement, je n’ai jamais rencontré de chien aussi gentil que lui. Même quand on l’embête assez pour qu’il grogne un peu, il ne montre jamais les crocs. Il est aussi très sociable, même trop. Dès qu’il voit un être vivant dans la rue, il veut absolument aller le voir, jouer avec lui, interagir avec lui.

Et puis, il est très facile à vivre, il obéit et comprend tout ce qu’on lui demande. Il est calme et posé. Et puis, qu’est-ce qu’il est beau, oh la la ! L’objectivité s'est éteinte haha !

Comment se sont passés les premiers mois à la maison ?

Les premiers mois ont été géniaux. Je m’étais renseignée à fond sur l’éducation des shibas, donc je voulais tout bien faire comme il faut au niveau de l’apprentissage de la propreté, au niveau de la sociabilisation, le partage des jouets et de la nourriture, etc.

Je me réveillais à 4h du matin pour le sortir dans le jardin pour qu’il fasse pipi. Il est très à l’écoute de ses maîtres, donc c’était un pur bonheur. Il ne nous a quasi rien abîmé quand il faisait ses dents, on a eu de la chance ! Ses frères et sœurs ont, quant à eux, mangé des tapis ou des canapés ou autres meubles, mais pas Oggy. Il faut dire qu’on a tout fait pour qu’il se concentre plutôt sur ses jouets.

Une anecdote à nous raconter sur ton shiba inu ?

Oh, oui !

Une fois sur une plage normande, en plein hiver, on se baladait tranquillement avec

Oggy, qui devait avoir 7 ou 8 mois. On le lâchait souvent à la plage, car il y avait peu de risques de croiser d’autres chiens. On jouait à la balle et d’un coup il disparaît derrière les petites collines face à la plage. On court le chercher et on tombe sur un enclos à vaches, délimité par une clôture barbelée, donc pas moyen pour nous d’aller plus loin. Et là, on voit Oggy au milieu d’un troupeau d’une vingtaine de vaches. Je vous raconte pas la frayeur qu’on a eu ! Ce petit cabot ne réagissait absolument pas au rappel. Non, il s’amusait beaucoup trop à narguer les vaches qui lui couraient après en troupeau entier ! Et au dernier moment il s’éloignait ! On a galéré un bon quart d’heure à essayer de l’appeler et d’attirer son attention. Si je n’avais pas un paquet de friandises sur moi, je pense qu’il y serait encore ! Après cet épisode, on a acheté une longe de 15m… Fini les balades bovines pour lui :D

Pour finir un conseil à donner aux futurs propriétaires de shiba inu ?

Je pourrais en donner plein. Je suis devenue une vraie passionnée de cette race de chiens et je pourrais en parler pendant des heures !

Premièrement, avant d’adopter un shiba inu, il faut vous renseigner à fond sur les

particularités de la race. Cela m’a bien aidée à comprendre certaines réactions de mon chien que je n’aurais jamais compris sans m’être renseignée avant. C’est très important pour la communication entre vous et votre animal. C’est quelque chose de magique quand vous arrivez à vous faire comprendre et vice versa. Un lien très fort se crée entre vous deux et ça serait dommage de ne pas en profiter juste par manque de renseignements.

Deuxièmement, ne punissez jamais votre chien. Sérieusement, je n’ai jamais puni Oggy en 1,5 ans et je n’ai jamais ressenti le besoin de le faire. Utilisez la méthode positive pour l’éduquer, car ça marche vraiment. Sans stress ni pour vous, ni pour votre futur loulou. Les animaux ne comprennent pas la punition en règle générale. Et on ne peut pas leur expliquer non plus la raison de la punition.

Troisièmement, inscrivez votre loulou en cours d’éducation canine qui utilise bien la méthode positive, mais pas la méthode classique (celle qui fait « Je commande, tu obéis »). Ou alors entre les deux. C’est très important pour votre chien de voir d’autres chiens, de jouer avec eux et d’interagir avec eux. C’est essentiel à son équilibre.

Et puis surtout, profitez des moments quand il est encore tout bébé. Ils grandissent si vite ! Prenez-le partout où vous allez, comme ça il s’habituera à votre rythme de vie plus facilement.

Si vous êtes en quête d’autres conseils, n’hésitez pas à me contacter. Je serai ravie d’y répondre.

Merci à l’équipe MMShib pour cette interview et pour la collaboration !


1 commentaire

  • Ansel et Jenny

    Mais quelle belle histoire ❤️ Haha le coup de cœur pour le Shiba, je connais tellement bien ! Merci à l’équipe de partager des expériences comme celles-ci !! (un troupeau de vaches… 👀)

Laissez un commentaire

Newsletter

Recevez nos derniers articles en exclusivité par mail