Adopter un Shiba Inu - Interview #2 - Gwennola et ses shiba inus Nako & Panji

de lecture

Nako et Panji shiba inus
Nako & Panji

Vous envisagez d'adopter un Shiba Inu ? Vous souhaitez en apprendre plus sur le caractère des Shiba Inu et la réalité de la vie quotidienne à leur côté ? Nous avons réalisé une série de mini-portrait de maître Shiba Inu pour vous aiguiller dans votre nouveau choix de vie. Retrouvez le témoignage de Gwennola et ses shiba inus Nako & Panji.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Gwennola Palluet, je suis professeur en collège et j’habite en proche banlieue parisienne. Je n’ai pas d’enfants.

Comment as-tu eu connaissance de la race des Shiba Inu ? Quel a été ton déclic pour en adopter un ?

J’ai toujours aimé les chiens primitifs. Lorsque j’étais enfant, je dévorais les livres de Jack London (écrivain américain dont les thèmes de prédilection sont l'aventure et la nature sauvage) et je disais à mes parents que lorsque je serai grande, j’aurai un husky ! C’est ce que j’ai fait. À l’âge de 18 ans, j’ai adopté un husky. Je l’ai gardé 16 ans. Alors qu’il était en fin de vie, j’ai découvert dans un magazine l’existence du shiba inu, ce petit chien japonais qui ressemblait à un mini husky ! Je me suis dit que c’est ce qu’il me fallait. Il avait tout du husky : beauté, caractère, esthétique mais en petit modèle.

Où as-tu adopté ton Shiba Inu ? Quel a été ton expérience ? 

À l’époque, c’était en 2001, il y avait peu d’élevages. Je suis allée au Salon International du Chien à Porte de Vincennes. J’ai rencontré une éleveuse néerlandaise (Wilma Van de Meer) et suis tombée amoureuse de ses chiens.

C’est comme cela que j’ai eu mon premier shiba : Snoepje. C’était un shiba inu roux (il n’y avait que des roux à ce moment), très intelligent, très joueur mais avec un caractère fort. Je devais faire attention avec les autres mâles. 1 an et demi après, j’ai acheté chez la même éleveuse une petite femelle rousse Urka. Ils ont vécu une quinzaine d’années (15 an et demi pour le mâle et 14 ans pour la femelle). Quand ils sont morts, à un mois d’intervalle, ce fut terrible pour moi ! J’avais perdu mes deux enfants !

Peu de temps après, j’ai fait la connaissance du magnifique élevage de Sabine Pecqueur, Chuken Kiku Kensha, en Normandie. Je lui ai envoyé un mail déchirant lui expliquant ma détresse d’avoir perdu mes deux shibas. Je suis allée aux portes ouvertes qu’elle organisait et me suis mise à suivre son site internet avec grande attention. Quelque temps après, j’ai eu alors le coup de foudre pour un petit shiba crème biscuité. Elle a accepté de me le garder alors que je n’étais pas prioritaire mais elle avait été émue par mon désarroi. Je ne la remercierai jamais assez !C’était en 2017. Deux ans après, j’ai pris une petite femelle rousse qui a 8 mois maintenant.

Peux-tu nous présenter tes Shiba Inus ?

J’ai donc deux shibas :

Un mâle biscuité (blanc avec des reflets roux) prénommé Nakomertje dit Nako. C’est un chien magnifique et très gentil, pas agressif comme mon premier shiba mais qui sait se faire respecter !  Il n’est pas castré (et ne le sera jamais !). Il est très intelligent et câlin. Il se méfie des humains qu’il ne connaît pas. Il a toutes les qualités du monde pour moi !

Une petite femelle rousse charbonnée du nom de Panji. C’est en quelque sorte la nièce de Nako (son père est un de ses frères d’une autre portée). Elle est adorable, très câline, très intelligente et n’a peur de rien ! Elle adore chasser les lapins, souris, rats, canards, etc.

Comment se sont passés les premiers mois à la maison ?

Pour les deux, les 1er mois se sont très bien passés. Ils ont été propres tout de suite et n’ont pas fait de bêtises (peut-être juste arracher les franges de tapis!!!). Il faut dire qu’ils ont été très bien préparés par l’éleveuse (pour les besoins ils ont l’habitude d’aller très vite dehors et sont très bien sociabilisés.). Ils se sont entendus très rapidement alors que j’avais peur que Nako soit jaloux ! Parfois ils se chamaillent pour un jouet ou une friandise mais Panji fait toujours « amende honorable » et sait parfaitement bien se faire pardonner de Nako. Elle balance légèrement de la tête ou se dandine dans tous les sens ce qui apaise aussitôt les tensions !

Une anecdote à nous raconter sur tes Shiba Inus ?

J’ai l’habitude d’aller à Knokke Heist sur la côte Belge Flamande à chaque vacances.

Quand Nako était petit, je le lâchais sur la plage pour le faire jouer. Un jour, il m’a faussé compagnie pour chasser les mouettes. Il était parti tellement loin qu'à un moment, je l’ai perdu de vue. Et là-bas, la côte est sans fin ! J’étais paniquée ! Je criais et pleurais en même temps car je croyais que je ne le verrai plus. Au bout de longues minutes, qui m’ont semblé des heures, j’ai vu un point blanc réapparaître à l’horizon ! C’était mon Nako tout fier de lui !!! Depuis je ne le lâche plus sur les grandes plages car cette escapade m’a traumatisée.

Pour finir un conseil à donner aux futurs propriétaires de Shiba Inu ?

Ces chiens sont très sensibles. Il ne faut jamais les brusquer. Être ferme oui mais ne jamais les brutaliser. Si vous savez établir un lien de confiance avec eux, ils vous donneront un amour sans faille !


Laissez un commentaire

Newsletter

Recevez nos derniers articles en exclusivité par mail